Accueil > Alcool actualité > Alcool et cerveau en développement de l’adolescent

Alcool et cerveau en développement de l’adolescent

Alcool et cerveau en développement de l’adolescent
Dr Philippe Arvers - 2010
Ellen Witt

• Très peu de recherches avant 1990 sur les conséquences possibles de l’alcoolisation précoce (avant l’âge légal)
– sur le développement social, émotionnel, comportemental et
neurobiologique,
– ainsi que sur le mode de consommation à l’âge adulte.

• Manque de recherche dans ce domaine lié au fait qu’à
l’adolescence
– la consommation d’alcool était considérée comme un phénomène
transitoire, d’entrée dans la vie adulte,
– on ne reconnaissait pas que c’était une période de croissance rapide du
cerveau et de remodelage neuronal (cortex préfrontal),

• Alors que les risques (vulnérabilité) de troubles psychiatriques
augmentent : dépression, schizophrénie, violence, abus d’alcool et
d’autres substances.

• 1994 – NIAAA – début de recherche sur les conséquences
biomédicales et comportementales de l’alcoolisation précoce.
Dr Philippe Arvers - 2010
Remodelage structurel
du cerveau de l’adolescent

• En particulier au niveau du cortex
préfrontal (Blakemore & Choudhury) :
– myélinisation (transmission augmentée),
– surproduction et élimination de synapses
(connexion avec les autres zones cérébrales).

• Diminution de la matière grise :
– Processus de compétition entre les
différentes connexions (renforcement de
celles qui sont le plus utilisées, élimination
des autres).
Dr Philippe Arvers - 2010

• Elimination de synapses excitatrices
(glutamatergiques) au niveau du CPF (homme,
primates, rongeurs),

• Chez l’animal (primates, rongeurs),
augmentation du nombre de récepteurs
dopaminergiques : D1, D2 et D4 (Crews, 2007).

• Augmentation de la densité des projections NAcc


Voir en ligne : En discuter