Accueil > Alcool actualité > Le binge drinking détruit le cerveau des ados

Le binge drinking détruit le cerveau des ados

Le binge drinking détruit le cerveau des ados

Biture express... L’hippocampe trinque
L’hippocampe est une zone cérébrale impliquée dans la mémoire. Elle a la particularité d’être en constant remaniement, c’est ce que l’on appelle la neuroplasticité. Or cette structure est très sensible aux lésions induites par l’alcool. Chez des rats adultes, il a même été montré que l’administration répétée d’alcool (type binge drinking) entraîne une réduction du volume de l’hippocampe. Cette constatation pourrait expliquer en partie les troubles de la mémoire dont souffrent les personnes alcooliques.

Chez l’adolescent, alors que le cerveau est encore en cours de maturation (la maturation cérébrale dure jusqu’à 20 -25 ans), les effets délétères de l’alcool consommé dans le cadre des bitures express, pourraient être beaucoup plus conséquents.

Cette étude américaine menée chez des singes en témoigne. Elle a consisté à administrer de l’alcool quotidiennement à 7 singes (3g/kg d’alcool en une heure) pendant un an. La structure de leur cerveau a ensuite été analysée après 2 mois d’abstinence totale d’alcool. On constate ainsi qu’une consommation importante et continue d’alcool altère la formation et le développement des neurones de l’hippocampe. Ces altérations étant encore visibles 2 mois après l’arrêt de la consommation d’alcool, elles sont durables, voire certainement permanentes.

Ce phénomène pourrait expliquer les mémoires défaillantes, voire le ralentissement cérébral de certaines jeunes pratiquant trop régulièrement le binge drinking...

L’abus d’alcool fait-il grossir ou maigrir ?
Comment rompre avec le tabac ?
Anxiolytiques et antidépresseurs : y a-t-il des risques de dépendance ?

Biture express : un ados sur deux

Reste à savoir combien d’ados pratiquent le binge drinking. Il semblerait que près d’un ado sur deux s’adonne à la consommation express d’alcool, défini comme la consommation de 5 verres à la même occasion... Les campagnes de préventions s’imposent.

Isabelle Eustache
28/06/2010
Taffe M.A. et coll., PNAS, juin 2010, édition accélérée en ligne.


Voir en ligne : Le binge drinking détruit le cerveau des ados