Accueil > Alcool actualité > UN VERRE DE VIN = UNE TRANCHE DE GATEAU

UN VERRE DE VIN = UNE TRANCHE DE GATEAU

Le saviez-vous ?

Le saviez vous ? "Un verre de vin = une tranche de gâteau". C’est ce que rappelle l’eurodéputé socialiste belge, Marc Tarabella, dans un communiqué de presse, en date de ce matin, mercredi 15 avril. Il souhaite que les étiquettes des bouteilles d’alcool mentionnent le nombre de calories contenues dans un verre ou dans 100 ml.

M. Tarabella devrait donc interpeller la Commission européenne, aujourd’hui, afin de lui demander si elle compte publier un rapport "indiquant si les boissons alcoolisées devraient à l’avenir être soumises notamment aux exigences applicables en matière d’information sur la valeur énergétique et précisant les motifs justifiant les éventuelles exemptions".
Le règlement (UE) 1169/2011 concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires publié au Journal Officiel de l’Union européenne le 25 octobre 2011 stipulait en effet, dans son article 16, qu’elle devait le faire "au plus tard le 13 décembre 2014" .
"En 2011, les boissons alcoolisées ont été sorties du texte législatif sur l’étiquetage alimentaire. Quatre ans ont passé : il est temps de mettre fin à ce régime d’exception !", proteste M. Tarabella.

"D’après une étude de la Royal Society for public Health en date de 2011, l’étiquetage des alcools en ferait baisser la consommation", rappelle l’eurodéputé."Les clients informés, sur les menus, de la valeur nutritionnelle des boissons consommeraient 400 calories de moins que les autres".

M. Tarabella s’appuie sur[ un vote de la commission environnement->http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2014_2019/documents/envi/re/1045/1045804/1045804en.pdf], santé publique et sécurité alimentaire du Parlement européen, en date du 31 mars ; par 63 voix sur 68, elle s’est prononcée en faveur de cet étiquetage nutritionnel, réclamé par le [Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc).->http://www.beuc.org/press-media/news-events/beuc-demands-bolder-eu-action-alcohol-labelling]

Pour Glenis Willmot, eurodéputée membre de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates, co-rapporteure du texte, "nombreux sont ceux qui n’ont aucune idée du nombre de calories présentes dans les boissons alcoolisées, saut à être assez déterminés pour aller chercher l’information sur le site Internet de l’entreprise. Ce qui est inacceptable". Mme Wilmot, comme M. Tarabella, insiste sur le fait que "les consommateurs ont le droit de savoir qu’un verre de vin a le même nombre de calories qu’une tranche de gâteau".

Mme Wilmot avait déjà bataillé dans ce sens en 2011, mais elle avait été défaite par le "lourd lobbying de l’industrie" relayé notamment par les députés français, espagnols ou italiens. L’industrie est encore opposée à l’étiquetage nutritionnel, si l’on en croit [Euractiv, site d’informations sur l’Union européenne.->http://www.euractiv.fr/sections/sante-modes-de-vie/calories-contre-beuveries-bruxelles-pietine-313727]
Pour "SpiritsEurope, il pourrait induire les consommateurs en erreur". Cette association qui représente les producteurs d’alcool spiritueux s’oppose notamment à ce que l’on compare les calories sur la base de cent millilitres, car "cela correspond à trois doses de spiritueux".

Le Comité européen des entreprises du vin (CEEV) préférerait que l’information soit délivrée sur les sites Internet. "Les lourdeurs administratives liées au changement d’étiquettes et à la gestion des stocks engendreraient des coûts supplémentaires que la majorité des viticulteurs ne pourraient pas assumer."
Seuls, [Les brasseurs d’Europe->http://www.brewersofeurope.org/site/index.php] seraient favorables au projet. Les quatre principaux brasseurs ont décidé d’indiquer le nombre de calories par 100 ml, ce qui place la bière dans une position avantageuse par rapport à d’autres boissons, avec seulement 46 calories, contre 82 pour le vin rouge et 245 pour le whisky.

Une résolution devrait bientôt être votée en séance plénière. L’argument des parlementaires, qui consiste à jouer l’argument minceur pour lutter contre l’alcoolisme, s’inscrit dans [une résolution->http://www.europarl.europa.eu/meetdocs/2014_2019/documents/envi/re/1045/1045804/1045804en.pdf] qui réclame une nouvelle stratégie alcool pour l’Union européenne. La dernière, lancée en 2006, a expiré en 2013. Elle guidait les Etats-membres dans la prévention de la consommation.

Le vieux continent serait le plus grand consommateur d’alcool au monde, si l’on en croit [l’Organisation mondiale de la Santé->http://www.who.int/substance_abuse/publications/global_alcohol_report/en/]. Les pays d’Europe centrale et orientale sont ceux qui consomment le plus d’alcool par habitant. Les Français, 19èmes du classement, consommaient 12,2 litres par habitant en 2010, soit deux fois plus que la moyenne mondiale (6,1 litres).

 

[Mise à jour le 29/04 : le Parlement européen s’est prononcé aujourd’hui mercredi en faveur de l’étiquetage des calories sur toutes les bouteilles d’alcool, vin compris, en dépit d’une contre-offensive menée par la droite, qui a tenté de limiter la mesure aux seuls "alcopops", boissons sucrées alcoolisées destinées aux jeunes. ]

Portfolio