Consommez

EDITO _ Ces derniers mois, nous l’avons découvert avec effarement et douleurs : l’activité financière, déconnectée de l’économie réelle, fait peser des menaces graves sur l’équilibre mondial des marchés. Avec des conséquences humaines dramatiques en termes de fermetures d’établissements et de licenciements, de chômage et de faillites personnelles… Même si la complexité des circuits économiques et des situations sociales interdit les vues simplistes, et donc toute réponse sous forme de recettes, le temps de crise financière et économique que nous subissons actuellement doit nous pousser à un questionnement et une prise de conscience fondamentale : l’homme est-il encore au centre de l’économie ? La crise actuelle nous confronte à un problème éthique majeur : redonner sa vraie place à l’homme, en tant que sujet, et non plus en tant qu’objet du développement économique. Et elle nous pousse à oser relever certains défis. La question n’est pas : consommer ou ne pas consommer ? Mais plutôt : consommer autrement ! Dans ce Libé’, vous trouverez des articles de fond et des témoignages autour de cette thématique pas facile à comprendre peut-être, mais certainement qu’en réunion, ensemble, en partage, cela nous aidera à y voir plus clair ? L’enjeu est vital, puisque nous sommes, chacun et chacune, des consommateurs au quotidien ! Et puis, y réfléchir comme croibleusards nous permettra également de saisir de quelle façon sournoise le thème de la « Consommation » provoque des « dégâts collatéraux » jusque dans notre association. Car dans notre association aussi, les réflexes consuméristes sont d’usage courant : « qu’est-ce que vous me proposez, qu’est-ce que vous m’offrez, de plus, de mieux, de moins cher, et qui me convienne ? » Satisfait ou remboursé ? « Ça me va, sinon, je vais voir ailleurs ? » La tentation de la consommation facile : je viens, je m’assieds, j’écoute, je goûte, j’apprécie, je réagis, je critique, je régurgite, je rejette … et je m’en vais ? Il y a quelque temps déjà, réfléchissant à la notion de membre actif, nous avions imaginé des sigles comme « Macinac » ou autre « Macac ». Passer par la case « Macinac – Membre Inactif » pour devenir « Macac - Membre Actif » signifie alors chercher, découvrir et prendre ma place dans l’association … et dans la société ! Cesser de tendre le cou et d’attendre la becquée pour aller à mon tour au four, réfléchir aux menus, nettoyer les casseroles, préparer la table, veiller à la distribution des « repas » pour qu’il y en ait pour tout le monde, et que chacun reçoive ce dont il a besoin pour vivre en homme ou en femme debout et digne ! Des chantiers toujours à réactiver, jamais terminés, mais dont l’intention et la réalisation donnent sens à notre vocation de solidarité humaine. Alors bonne lecture … et bon boulot ! _ Gérard SCHMITT

Télécharger ce N° au format PDF

>> Accéder a l’ensemble des articles de ce N° 165

© Société Française de La Croix Bleue
reconnue d'utilité publique - 189 rue Belliard 75018 Paris
tel : 01.42.28.37.37 Fax 01.42.28.88.18 - cbleue@club-internet.fr